Favoris du moment : Livres québécois

vendredi 24 juin 2016


En cette journée de fête nationale, je suis un peu nostalgique de mon Québec natal.  Je n’ai jamais vraiment pris part aux festoiements de la Saint-Jean-Baptiste (les cocktails bleus, c’est non pour moi), mais j’aime d’amour la belle province.

Pour souligner mes origines, voici quelques livres québécois qui se sont hissés dans mes favoris du moment. Je me plais à découvrir ou redécouvrir chaque mois des auteurs québécois, puisqu’il faut le dire, la scène littéraire québécoise est talentueuse.

Sauver la planète une bouchée à la fois, Bernard Lavallée
Le nutritionniste urbain nous a offert en 2015 un ouvrage magnifique, complet, superbement documenté. Ce livre est une petite bible pour moi, particulièrement les sections «Manger moins de viande» et »Produire moins de déchets». Allier la nutrition non seulement à la santé humaine mais aussi à celle de la planète, ça me parle.

Je serai un territoire fier et tu déposeras tes meubles, Steve Gagnon
Je m’intéresse grandement aux questions de genre et de rôles sociaux, mais mes lectures sont presque exclusivement d'auteures ou de perspectives féminines. Le court ouvrage de Steve Gagnon propose une réflexion sur la virilité, sur l’homme moderne, ses référents et ses modèles. Une lecture fort intéressante que je suggère maintenant aux hommes de ma vie (et aux femmes aussi.)

Les filles bleues de l’été, Mikella Nicol
Ce premier roman est un de mes coups de cœur du printemps. La douleur est racontée avec beauté et poésie, ce qui en fait un roman doux et dur à la fois. J’ai inscrit dans le carnet où je note les phrases qui me troublent et qui me touchent le quart du roman (ce qui est inhabituel, quand même). À lire les soirs de mélancolie.

Manuel de résistance féministe, Marie-Ève Surprenant
Ce livre a été en haut de ma liste de livres à lire pendant trop longtemps. L’hostilité face au féministe ayant été particulièrement présente dans les derniers mois, femmes et alliés trouveront dans cet ouvrage un récapitulatif des notions théoriques, historiques et politiques, ainsi qu’un argumentaire pour affronter tous les commentaires affirmant que le féminisme n’est plus nécessaire. De quoi raviver son militantisme.

L’homme rapaillé, Gaston Miron
Un recueil que j’ai tout juste entamé et que je savoure lentement. Je suis déjà en amour avec la poésie de Miron, un grand que je n’avais pas lu jusqu’à récemment (quelle honte).

Et vous, quels sont vos auteur(e)s québécois(e)s préféré(e)s?
Post Comment
Enregistrer un commentaire